Nîmes : « Où est Angela ? », la ville adopte le dispositif d’alerte contre le harcèlement de rue

Nîmes : « Où est Angela ? », la ville adopte le dispositif d’alerte contre le harcèlement de rue

Lors d'une manifestation contre les violences faites aux femmes (illustration)

Lors d’une manifestation contre les violences faites aux femmes (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Nîmes (Gard) rejoindra le 8 mars prochain le réseau de villes qui ont adopté le dispositif « Où est Angela ? », visant à lutter contre le
harcèlement de rue. Reims, Caen ou
Amiens ont déjà mis en place ce code, inspiré d’un concept anglais, « Ask for Angela ».

Toute personne qui se sent harcelée ou importunée dans la rue pourra se rendre dans un établissement « refuge », indiquée par un autocollant sur la vitrine, et demander « Où est Angela ? ». Le commerçant désignera alors « une zone de repli d’urgence à l’abri des regards (réserves, bureaux…) afin d’isoler la victime et appeler un membre de sa famille, un taxi ou les forces de l’ordre selon la gravité des faits », indique la commune.

Une centaine de commerces

Une centaine de commerces participeront à l’opération à Nîmes, dont des boutiques de prêt-à-porter, une agence immobilière, une épicerie, un restaurant, un caviste, une animalerie ou une boutique de vente de décoration. Quarante ont pour l’instant été formés à la conduite à adopter.

« De nombreux témoignages ou d’alertes de femmes agressées dans la rue ou ne se sentant pas en sécurité dans l’espace public nous remontent encore trop souvent du terrain, confie Mylène Mouton (divers), élue aux Droits des Femmes. Je suis ravie de l’adhésion immédiate au dispositif Angela dont ont fait preuve les commerces nîmois. Plus de 90 commerçants se sont manifestés 24 heures après la réception de notre emailing de sollicitation. »

Read More

Author: